Décrypter son compte de résultat

0
SHARES

Chercher à comprendre son compte de résultat et les multiples enseignements que l’on peut en tirer peut s’avérer une quête fastidieuse pour certains. N’ayez crainte ! Pas besoin d’être Champollion ou expert-comptable pour le déchiffrer ! Quickbooks tente pour vous de dépoussiérer ce précieux document.

Un compte de résultat (CR), c’est quoi au juste ?

Le compte de résultat (CR) est un document économique (aussi appelé état de synthèse) qui ne tient compte que des opérations ayant un impact sur le résultat. On obtient ce faisant les recettes dont on aura enlevé les biens et services mobilisés pour les générer (autrement dit, les charges). Il ne s’agit pas d’un bilan comptable qui, lui, étudie les variations de patrimoine d’une boîte depuis sa création, mais seulement d’une étude des opérations de l’année écoulée. De quoi mettre en lumière d’où proviennent précisément les rentrées d’argent et, plus largement, de comprendre les rouages et le fonctionnement général de l’entreprise !

À lire aussi : Ebook – Bien gérer son argent : l'art de la trésorerie

De quoi est composé un compte de résultat ?

Quatre grands agglomérats comptables le composent :

  1. Le résultat d’exploitation (= produits d’exploitation - charges d’exploitation). Il tient compte uniquement des opérations courantes, autrement dit des actions réalisées de façon habituelle par l’entreprise.
  2. Le résultat financier (= produits financiers - charges financières). Tenant compte du mode de financement et de son coût de financement pour l’entreprise, il est la résultante de la politique de financement de la structure.
  3. Le résultat exceptionnel (= produits exceptionnels - charges exceptionnelles). Il considère quant à lui l’ensemble des éléments qui sont inhabituels dans le fonctionnement de l’entreprise. Cette dissociation permet la distinction entre les résultats des affaires et celui lié aux évènements exceptionnels.
  4. Le résultat net comptable (= résultat d'exploitation + résultat financier + résultat exceptionnel - impôt sur les bénéfices - participation des salariés). Il s’agit du résultat final, partant des résultats calculés précédemment, desquels on déduit l’impôt sur les sociétés et la participation. Il reflète la rentabilité économique des activités de l’entreprise.

À lire aussi : Quelle est la différence entre l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés ?

Qu’est-ce que le compte de résultat m’apporte ?

Pas mal de choses. À partir du compte du résultat, on peut calculer quelques données indispensables à toute gestion d’entreprise digne de ce nom :

  • Le seuil de rentabilité (SR)

Il représente le niveau de chiffre d’affaires (CA) que vous devrez atteindre a minima pour ne pas perdre d’argent. Il est équivalent à un résultat final nul.

Il se calcule de la manière suivante : SR (en CA) = Montant des charges fixes / Taux de marge sur coûts variables. Avec taux de marge sur coûts variables, le SR = (CA - coûts variables) / CA.

  • La capacité d’autofinancement (CAF)

Tout autant indispensable, cet indicateur reflète l’état des flux de trésorerie générés par l’activité. Il sert notamment de base au calcul de la capacité de remboursement d’emprunts de votre entreprise.

Il se calcule ainsi : CAF = Résultat de l’exercice + Charges calculées (dotations aux amortissements et provisions) - Produits calculés (reprises sur dotations aux amortissements et provisions) + Valeur comptable des éléments d’actifs cédés (comptes 675) - Produits de cession des éléments d’actifs cédés (comptes 775).

Au-delà de ces deux indicateurs cruciaux pour votre comptabilité, le compte de résultat permet également d’obtenir d’autres ratios ou indicateurs financiers pouvant s’avérer précieux. Voici une petite liste d’exemples non exhaustive :

  • Taux d’autofinancement = (capacité d’autofinancement - dividendes) / montant des investissements ;
  • Capacité de remboursement des emprunts = endettement financier / CAF ;
  • Poids de l’endettement = charges d’intérêts / CA ;
  • Taux de profitabilité économique = résultat d’exploitation / CA ;
  • Rendement du personnel = CA (entreprises de services) ou marge commerciale (entreprises de négoce) ou marge de production (entreprise de production) / charges de personnel ;
  • Excédent brut d’exploitation (EBE) = valeur ajoutée + subventions d’exploitation - impôts, taxes et versements assimilés - charges de personnel.

À lire aussi : Quelles solutions à court terme pour gérer sa trésorerie ?

 

Crédits photo : artmonkey / Freepik.