Des aides publiques pour lancer une startup ? C’est possible !

0
SHARES

« S’il vous plaît, une pièce pour me lancer »… Non, rassurez-vous, créer une startup et demander des subventions, ce n’est pas mendier. Bon, on vous l’accorde (parce qu’on en entend déjà certains râler), les obtenir peut parfois être un véritable parcours du combattant. Mais les aides publiques à la création d’entreprise ont le mérite d’exister. Et comme il en existe de plusieurs types, nous allons vous aider à y voir plus clair.

Les aides de réinsertion professionnelle des demandeurs d’emploi

Il s’agit du type d’aide le plus connu. Ainsi, les demandeurs d’emploi qui lancent une startup peuvent, sous certaines conditions :

- être exonérés de charges sociales pendant un an, voire plus dans certains cas ;

- bénéficier du dispositif Nacre (Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d'entreprise), qui comprend une aide au montage du projet de création (ou de reprise d'entreprise) et au développement de l'entreprise, ainsi qu’une aide financière (prêt à taux zéro et sans garantie) qui doit être couplée à un prêt bancaire classique (avec un taux non-zéro, donc).

Les aides pour une meilleure répartition géographique

Le gouvernement a mis en place plusieurs aides financières et stratégiques pour favoriser une meilleure répartition des entreprises sur le territoire Français. Par exemple :

- La prime d’aménagement du territoire, qui concerne certaines zones de France, accordée à condition d’investir un minimum et de créer des emplois. Elle peut monter à 15 000 euros par emploi créé. Pas mal, non ?

- L’exonération d’impôts locaux (sur la part revenant à l’État, pas question de mettre en danger le budget de Saint-Cornouaille-sur-Rivière) et d’impôts sur les bénéfices, toujours dans certaines zones moins développées ou moins réputées de France.

- L’exonération de cotisations sociales dans les Zones franches urbaines : les entreprises qui s'y implantent et y embauchent une main-d'œuvre locale peuvent en bénéficier sous certaines conditions.

En bref, il peut être financièrement intéressant de s’installer dans des secteurs moins huppés du territoire. Et puis, c’est chouette le Berry en cette saison !

Les autres aides

On le voit, l’État n’aide pas sans contrepartie d’embauche, de secteur géographique ou de situation professionnelle préalable. Il peut également filer un petit coup de pouce bienvenu si :

- votre projet est innovant, avec les aides de la banque publique d’investissement. Cette aide peut avoir la forme d’une subvention, d’une avance remboursable, d’un prêt à taux zéro, d’un prêt classique…

- vous investissez dans certains secteurs en difficultés, comme l’agroalimentaire, l’industrie ou le textile.

L’État peut par ailleurs vous aider à constituer un capital de départ et à financer votre développement avec une réduction d’impôt liée soit à une souscription au capital, soit à la déduction des intérêts d’emprunt. Notez enfin qu’il existait un prêt lié à la création d’entreprise ou de startup accordé par les banques classiques. Mais il vient de disparaître, au profit de financements soutenus par la Banque publique d’investissement. Parlez-en à votre conseiller bancaire !

Vous avez déjà bénéficié d’aides publiques pour créer votre startup ? Vous avez survécu à la montagne de paperasse ? Racontez-nous cette aventure dans les commentaires !