Créer sa startup : les dépenses à prendre en compte avant de se lancer

Lorsqu’on se lance dans la belle aventure de la création d’entreprise, il y a les rêves… et puis la réalité financière. Tout entrepreneur est amené à passer, tôt ou tard, par la case “mais combien ça va me coûter au juste ?”

Évidemment, d’un projet à l’autre, les choses varient énormément. Voici tout de même une tentative pour y voir clair et comprendre où vos économies vont bien pouvoir passer. À vous de jouer de la calculette - et souvenez-vous, la plupart du temps on peut négocier (bon, pas avec les impôts et le gouvernement, mais pour tout le reste, oui !).

Les frais “incompressibles”

Voyez cette série de coûts comme une sorte de péage : impossible de passer outre si vous souhaitez vous lancer sous la forme d’une entreprise (le statut, bien particulier et limité d’auto-entrepreneur, est donc exclu).

  • Les frais liés à la création de l’entreprise : immatriculation, dépôt au greffe, enregistrement aux impôts,  annonce légale… L’addition grimpe vite !
  • Vos charges pour la première année : il y en aura, même si vous ne vous versez aucun salaire… Heureusement celles-ci ne seront à payer que l’année suivante. Pensez à demander l’Accre, l’aide à la création ou à la reprise d’entreprise, si vous y êtes éligible.
  • Les assurances : vous êtes tenu de prendre a minima une “RC3 pour Responsabilité Civile”. Vous pouvez également prendre une assurance si vous souhaitez couvrir davantage de risque (le vol de votre matériel par exemple).

Notons que certaines professions sont régies par des réglementations spécifiques. Cela pourra alors engendrer d’autres dépenses : une inscription à un ordre, un dépôt de garantie, des formations spécifiques...

Les investissements liés au projet

Si certaines activités - le conseil ou la formation notamment - ne demandent finalement qu’un cerveau en état de marche et une langue bien pendue (oui, nous schématisons un peu), d’autres sont plus gourmandes en capital de départ.

Par exemple : une pizzeria avec l’achat du fonds de commerce, du matériel de cuisine, des véhicules pour la livraison ; une entreprise d’entretien d’espaces verts, qui a besoin de nombreux outils, de véhicules adaptés à leur stockage et à leur transport ; pour une startup web, il peut s’agir de matériel informatique (ou d’un babyfoot Bonzini !).

Les dépenses “nécessaires”

Rien d’absolument indispensable ou obligatoire dans ces dépenses mais il est difficile d’y échapper… Voici donc une liste de ce qui nous paraît nécessaire :

  • un abonnement de téléphone : utile pour répondre aux clients ;
  • une connexion internet : même si cela tombe sous le sens ;
  • un site web, le nom de domaine, un hébergement ;
  • des cartes de visite, un logo : certains sites vous permettent de les réaliser pour un prix très abordable ;
  • quelques restaurants “business” : nous sommes en France et de nombreuses situations peuvent se débloquer et moult contrats se signer autour d’une bonne table !
  • un logiciel de facturation et de gestion (nous vous souhaitons évidemment d’avoir le maximum de factures à émettre très rapidement !)

Les coûts humains

Créer sa startup, c’est parfois possible seul, mais pas toujours. Pour accélérer ou ne serait-ce qu’être en mesure de produire son offre, il peut être nécessaire de s’entourer. Prestataires, freelances, auto-entrepreneurs, stagiaires, apprentis ou alternants… les modalités ne manquent pas mais elles auront toutes rapidement un coût. Pensez donc à prévoir non seulement le volume des sorties d’argent, mais aussi le moment où elles auront lieu, pour garder une vision nette de votre trésorerie.

Votre propre train de vie

On ne pense pas forcément à en tenir compte, mais vous avez aussi des besoins. Logement, nourriture, déplacements mais aussi - pour tenir sur la durée et ne pas vous épuiser mentalement et physiquement - quelques dépenses “de plaisir” : sorties au ciné ou au théâtre, livres, vacances (oui, l’entrepreneur DOIT prendre des vacances de temps en temps pour se ressourcer)...

Pour beaucoup, les allocations chômage sont un moyen de ne pas se retrouver sans aucun revenus du jour au lendemain, mais elles ne sont pas éternelles. De plus, tout le monde n’y a pas droit. Il faut alors compter sur ses économies, sur un conjoint ou un parent pour tenir le temps que l’entreprise puisse dégager suffisamment de trésorerie pour se rémunérer.

Faites le compte de ce dont vous avez besoin pour tenir sur la durée avant d’avoir des problèmes financiers personnels. Il est primordial, dans les premiers mois de vie de votre entreprise, d’être à l’aise et de pouvoir passer toute votre énergie à faire grandir votre jeune pousse… sans penser en permanence à comment boucler votre fin de mois.