Quels délais de paiement accorder à vos clients ?

Chez Quickbooks, on le dit et on le répète sans cesse : une entreprise pérenne est une entreprise qui sait se faire payer ! Si le jeune créateur que vous êtes est naturellement focalisé sur son produit/service et sur les meilleurs moyens de le vendre, vous devez constamment garder à l’esprit l’impérieuse nécessité de bien gérer votre trésorerie.

Trop de startups prometteuses mettent chaque année la clef sous la porte pour cause de négligences dans ce domaine. Parmi les outils à votre disposition permettant de vous faire payer : l’établissement de délais de paiement avec vos clients. Alors, comment choisir le délai adapté ?

À lire avant tout : Quelles sont les règles en matière de délais de paiement ?

Le choix de délais de paiement qui s’offre à vous

Le délai de paiement est une clause qui s’établit dès la négociation entre vous et votre client. L’option agréée par les deux partis devra impérativement figurer dans les CGV (Conditions générales de vente) de la facture. Voici les différentes options existantes :

  • Le paiement comptant : l’idéal

Une option qui ravirait tout entrepreneur. Le client a en effet ici l'obligation de payer le bien ou la prestation en une seule fois le jour de la livraison ou de la réalisation. Il est naturellement à votre avantage de négocier des conditions de paiements courtes. Plus le délai de paiement sera long, plus le besoin en fonds de roulement sera important et plus le risque d’impayés sera statistiquement élevé.

  • Le paiement à réception : le bon compromis

Une solution qui vous est presque tout autant profitable que la précédente mais qui laisse à votre client un délai d'au moins une semaine, incluant le temps d'acheminement de la facture. Il peut être judicieux de commencer les négociations en demandant un paiement comptant avant de « concéder » à son client un paiement à réception.

À lire aussi : Les 6 commandements pour bien gérer votre trésorerie.

  • Le paiement avec délai par défaut : la souplesse consentie

La souplesse, oui, celle que vous accordez à votre client, peut-être même à l’encontre de vos intérêts. Votre client aura ainsi un délai maximal fixé au 30ème jour suivant la réception des marchandises ou l'exécution de la prestation (en l'absence de mention de délai dans le contrat). Pour ce qui peut s’apparenter à une faveur consentie pour votre client, tâchez de vous voir accorder une contrepartie au cours des négociations.

  • Le paiement avec délai négocié : le sur-mesure pour le client

Ici, des clauses particulières figurant aux conditions de vente ou convenues entre les partis peuvent amener le délai jusqu'à 60 jours calendaires ou 45 jours fin de mois après l’émission de la facture – délais plafonnés par la loi. Si aucun délai n’est mentionné dans le contrat de vente ou dans la facture, le délai légal est de 30 jours maximum après réception de la marchandise ou la réalisation de la prestation.

À lire absolument : 7 conseils en facturation pour être payé dans les temps !

Si ce type de délai très étalé a pu vous permettre de réaliser une belle opération commerciale... soit ! Mais ne multipliez pas trop ces conditions de paiement longues, elles prêtent le flanc à quelques déconvenues pour votre trésorerie. Si ces choix s’imposent plus ou moins à vous ponctuellement, prémunissez-vous des risques en mettant sur pied une stratégie de recouvrement sans concession, avec notamment l’établissement de pénalités de retard.