Les contreparties de votre campagne de crowdfunding : œil pour œil, don pour don ?

0
SHARES

À l’heure où les banques rechignent à allonger les billets pour financer votre projet, vous vous tournez naturellement vers le très en vogue « crowdfunding ». Ce recours à une plateforme de financement participatif permet à de généreux investisseurs de mettre quelques billes dans votre startup en gestation en échange de... justement, en échange de quoi ? Il faut bien leur donner quelque chose, et bien penser ce « quelque chose », c’est assurer un précieux coup de boost à votre campagne. Voici quelques pistes pour bien gérer ces contreparties.

Le don sur mesure, pour des ronds à coup sûr

De même qu’il y a autant de recettes de bouillabaisse qu’il y a de grand-mères marseillaises, il y a autant de budgets qu’il y a de donateurs. Proposez donc un large panel de donations : l’étudiant séduit par le concept pourra mettre 5 euros, quand son père notaire en mettra 1500, après avoir lu dans Challenges le matin même que votre secteur était très porteur. Un panel large donc, mais avec des tranches rapprochées, car si l’on passe de 10 à 100 euros, celui qui était prêt à en mettre 50 risque naturellement de pencher pour l’inférieure.

Des cadeaux adaptés aux degrés de générosité

Qui dit large panel de tranches de dons dit large panel de cadeaux. Si notre notaire reçoit le même sticker qu’une personne n’ayant donné que 5 euros, il risque de l’avoir un peu mauvaise. Pensez donc à diversifier votre gamme de contreparties. Commencez petit : stickers, badges, pendentifs, etc. Continuez moyen : coques de téléphone, tee-shirts, livrets de présentation, invitation à l’évènement d’un partenaire… Et finissez plus grand : les fameux early adopters, qui proposent votre produit en avant-première, avec une réduction en prime pour les X donateurs de plus de Y euros.

Ne pas avoir peur d’être moins généreux que ses donateurs

C’est une bonne chose de vouloir satisfaire ses philanthropiques investisseurs, qui sont effectivement bien gentils de vous donner de l’argent comme ça. Mais il ne faut pas oublier que cette campagne de crowdfunding tend à amasser une somme destinée à l’aboutissement de votre projet. Vos contreparties répondent plus à une logique symbolique qu’à celle d’une transaction commerciale classique. Évitez donc de dépasser par vos « cadeaux » l’équivalent du quart de la somme des dons reçus (sorte de règle d’or édictée sur les plateformes).

Les rétributions immatérielles : malin et personnel

Il faut garder à l’esprit que le donateur n’est pas forcément là pour réaliser une affaire, mais davantage pour se sentir partie prenante d’un projet auquel il croit et pour contribuer un peu à l’aventure. Il faut donc savoir valoriser et mettre en avant ceux qui ont permis l’émergence de votre projet, à l’image de Guillaume Canet mentionnant son ingé son dans ses remerciements pendant la cérémonie des Césars… Cela peut passer par un merci nominatif sur votre site internet, à l’arrière de votre livret de présentation, dans une vidéo collaborative où chacun apparaît, sur l’affiche d’un événement ou même dans de simples tweets.
Plus encore que ces politesses bien senties, vous pouvez convier les donateurs à des événements organisés par vos soins : un grand dîner, peut-être un simple pique-nique, un accès aux coulisses, à votre bureau ou votre atelier de production ; et pourquoi pas envisager de partager vos compétences avec eux lors de cette occasion (atelier d’ébénisterie, de programmation informatique, de graphisme, de claquettes, de taxidermie...)

Le crowdfunding est un excellent moyen de financer son projet d'entreprise quand on n'a pas d'argent pour se lancer. Vous savez désormais comment bien récompenser vos investisseurs pour leur donner envie de vous donner un coup de pouce alors, à vous de jouer !

Crédit photo : Pixabay