Image Alt Text
Fiscalité

Le guide des aides à la création d’entreprise

Si créer une entreprise peut être attirant, cela peut vite devenir un vrai parcours du combattant. Récolte de fonds, demande d’aides financières… Il existe de nombreuses démarches à réaliser pour obtenir des financements. Zoom sur les aides à la création d’entreprise et leurs spécificités.

Les grands dispositifs publics : NACRE, ACRE et ARCE

Les aides de l’État sont des alliés majeurs pour financer votre création d’entreprise. Comment en bénéficier ? Que signifient tous ces acronymes à vous faire perdre la tête ? On fait le point !

NACRE

Le NACRE – ou nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise – est une aide pour les créateurs et repreneurs d’entreprise. Attention, il ne s’agit pas uniquement d’un soutien financier, cet accompagnement vous aidera à structurer votre financement et démarrer votre activité.

Le NACRE fait partie des compétences des régions. Il accompagne les entrepreneurs pendant 3 ans. En supplément, vous pouvez même demander et obtenir un prêt à taux zéro, étalé sur 5 ans maximum, financé par votre région. Mais attention, ce prêt doit être couplé avec un prêt complémentaire.

Pour intégrer ce dispositif NACRE, vous devez en faire la demande (par courrier recommandé avec avis de réception) ou être recommandé par un organisme conventionné (banque, Pôle Emploi). Pour trouver le bon interlocuteur, contactez directement les services de votre région.

Vous avez une idée précise de votre projet ? Vous pouvez d’ores et déjà signer une convention NACRE.


ACRE

L’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise (ACRE) est une aide, faite à l’URSSAF, qui permet l’exonération partielle de vos charges sociales. Elle garantit également un accompagnement personnalisé pendant vos premières années d’activité. À savoir, l’ACRE peut être cumulée avec les allocations chômage. Bonus : si vous répondez aux critères du NACRE, vous entrez alors dans la case des bénéficiaires de l’ACRE. Vous pouvez donc faire votre demande dès le dépôt de votre dossier de création ou de reprise d’entreprise.

À noter : tout porteur de projet (de création ou de reprise d’entreprise) possédant plus de 50 % du capital ou/et étant dirigeant est éligible. Mais attention, ce dispositif ne peut être demandé que tous les trois ans.

Bonne nouvelle, l’aide est activée automatiquement !


ARCE

L’aide à la reprise ou à la création d’entreprise – ou ARCE – est un versement de 45 % du montant total de vos droits : pratique pour financer une création d’entreprise ! Attention, il est versé en une fois par Pôle Emploi et ne peut être attribué qu’une unique fois.

Ce dispositif concerne les demandeurs d’emploi (bénéficiaires de l’ACRE), les repreneurs d’entreprise, les salariés licenciés (commençant ces démarches pendant la période de préavis, de congé de reclassement ou de mobilité). Vous reprenez une activité occasionnelle ou réduite ? La cumulation avec l’ARE sera impossible.

Pour demander l’ARCE, faites la demande auprès de votre Pôle emploi et envoyez un justificatif attestant de la reprise ou la création de votre entreprise (par exemple un Kbis).

Vous recevrez le versement en deux fois :

  • un premier lorsque vous réunissez les conditions d’attribution,
  • un second six mois après la date de création ou de reprise de votre entreprise (si vous exercez toujours l’activité en question !).

Pour aller plus loin : 5 types d’aides à la création d’entreprise

Qu’elles soient publiques, privées ou mixtes, les aides à la création d’entreprise sont cumulables avec les trois dispositifs vus ci-dessus.


Le micro-crédit

Le micro-crédit est une alternative aux prêts traditionnels accordés par les banques. Cette aide permet d’obtenir un prêt de 10 000 euros maximum (avec un taux d’intérêt à 5 %) au moment du lancement de l’entreprise ou dans les 5 premières années.

Cet accompagnement se fait par des associations référencées (ADIE, France Active, Initiative France…). Ces dernières aident au financement et au montage de votre projet.

En tant qu’entrepreneur vous possédez de faibles revenus et n’avez pas le droit au prêt traditionnel ? Le micro-crédit est fait pour vous !


Prêts d’honneur ou prêts à taux zéro

Le prêt d’honneur est un crédit d’un montant allant de 3 000 à 50 000 euros. Ce type de prêt permet de compléter vos fonds propres (il vous est donc accordé à titre personnel!), de conforter la solidité financière de votre projet et d’obtenir un prêt bancaire. Son obtention est soumise à la présentation de votre projet devant un comité.

Attention, certains prêts d’honneur ne sont pas à taux zéro (comme celui de l’ Adie ), ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sont pas intéressants pour autant !

Les concours

Nationaux ou régionaux, thématiques ou généraux, les concours sont nombreux. En y participant vous vous ferez connaître et avec un peu de chance (et de travail !) vous obtiendrez un prix qui vous permettra de financer votre création d’entreprise.

Les subventions

Souvent locales, les subventions sont là pour booster l’économie d’un secteur géographique et favoriser l’émergence de nouvelles activités sur un territoire. Vous pouvez également voir plus grand, avec des subventions majeures. BPifrance par exemple est un acteur central dans l’aide financière à la création d’entreprise.


Les financements solidaires

Entre micro-crédit solidairebanques spécialisées ou encore plateformes de crowdfunding, ne passez pas à côté d’une opportunité !

Les aides publiques ou privées sont plurielles. En fonction de votre profil et de votre activité, vos droits évoluent. Vous pouvez par exemple bénéficier de :

  • la Garantie EGALITE Femme, un dispositif couvrant jusqu’à 80 % du montant du prêt effectué auprès d’une banque dispensée par l’association France Active de votre région ;
  • la Subvention Agefiph, une aide financière spécifique pour les personnes en situation de handicap (6000 euros maximum).

Vous ne vous en sortez toujours pas ? Commencez par identifier les aides en adéquation avec votre projet grâce à la base nationale des aides aux entreprises.

Connaître le panorama des aides à la création d’entreprise, c’est bien. Savoir identifier celles qui peuvent vous concerner, c’est mieux. Pour cela, n’hésitez pas à demander conseil à un expert-comptable. Avec QuickBooks, vos échanges sont fluidifiés et le financement de votre entreprise assuré !


Recommandé