Quels sont les avantages fiscaux lors de la création d’entreprise ?

L’Expert Masqué est à votre écoute : une question, un doute, un arrachage de cheveux sur une question Gestion ou Comptabilité ? Demandez-lui et il se mettra en quatre pour vous répondre. Posez-lui vos questions ici !

Les nouveaux sont toujours bien vus, et cela vaut aussi dans le monde de l’entreprise. Si vous créez votre propre boîte, vous pouvez bénéficier d’un certain nombre d’avantages fiscaux, histoire d’attendre sereinement le moment du premier bilan comptable. À condition, bien sûr, de respecter certains critères.

Vous pouvez ainsi être totalement exonéré d’impôt sur le bénéfice, de façon temporaire, si votre entreprise :

  • a été créée ou implantée dans une zone franche urbaine ;
  • a été créée ou implantée dans certaines zones d’aménagement du territoire ;
  • a été créée avec le statut de jeune entreprise innovante ou encore de société de capital-risque.

Attention, de nombreuses conditions accompagnent cette exonération, lesquelles diffèrent selon les secteurs géographiques et les statuts. Appelez votre meilleur ami : votre expert-comptable !

Cerise sur le gâteau dans l’assiette fiscale, une entreprise nouvellement créée peut bénéficier d’une exonération de cotisation foncière des entreprises, d’impôt sur les sociétés et d’impôt forfaitaire annuel.

Par ailleurs, à condition de vous engager à conserver les parts ou actions pendant 5 ans à partir de la date de souscription, vous pourrez déduire les intérêts de l’éventuel emprunt contracté pour réaliser un apport au capital.

Une réduction d’impôt peut également s’appliquer si vous effectuez une souscription au capital, qu’il s’agisse du capital initial ou d’une augmentation de capital. La condition ? Employer au moins 2 salariés à la clôture du premier exercice fiscal.

Enfin, citons au rang des avantages fiscaux le régime microsocial simplifié accordé aux auto-entrepreneurs et à certains travailleurs indépendants installés en entreprise individuelle. Il vous permet de choisir un calcul mensuel ou trimestriel des cotisations sociales en fonction du chiffre d’affaires réalisé, par l’application d’un taux fixe de cotisations, et de bénéficier du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu.