4e baromètre européen des entreprises familiales : 6 entreprises familiales sur 10 ont confiance en l’avenir

0
SHARES

L’optimisme est de retour dans l’économie française, puisque 6 entreprises familiales sur 10 assurent avoir confiance en l’avenir ! Voilà l’un des enseignements du 4e « baromètre européen des entreprises et groupes familiaux », réalisé par le cabinet KPMG — une étude qui se base sur 1 401 réponses à une enquête en ligne, apportées par des dirigeants d’entreprises situées en Europe (en France bien sûr, mais aussi en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Grèce, au Royaume-Uni, en Suède…). Plus de détails sur la situation en France ? Voici !

 

5 statistiques à retenir du 4e baromètre KPMG

Vous voulez ne retenir que la crème de la crème du 4e baromètre européen des entreprises et groupes familiaux réalisé par le cabinet KPMG ? Voici cinq informations incontournables :

  • 60 % des entreprises familiales françaises sont confiantes quant à leur avenir… un résultat légèrement en-dessous de la moyenne européenne (75 %) ;
  • 90 % des entreprises interrogées ont des activités à l’étranger, et 55 % les ont accélérées au cours de la dernière année ;
  • 9 entreprises sur 10 incluent des investissements dans leurs plans stratégiques, un des pourcentages les plus élevés d’Europe ;
  • 47 % des sociétés planifient un changement stratégique pour l’année à venir ;
  • Plus de 8 entreprises sur 10 estiment que leur force majeure réside dans leur vision à long terme.

 

Un optimisme nourri par de bons résultats

On le voit, les dirigeants d’entreprises françaises sont optimistes. Ce n’est pas (seulement) parce qu’il a fait beau cet été : 73 % ont enregistré une hausse ou un maintien de leur chiffre d’affaires — ce qui implique que seuls 27 % des sociétés ont vu leur CA baisser. De la même manière, 70 % ont augmenté ou maintenu leurs effectifs. Ce qui est, à l’heure où l’emploi est une nouvelle fois affirmé comme la priorité du gouvernement, une excellente nouvelle !

Un bémol toutefois : ces résultats s’avèrent inférieurs à la moyenne européenne, puisqu’à l’échelle du continent, 84 % des entreprises familiales ont vu leur chiffre d’affaires au minimum se maintenir d’une année à l’autre (11 points de différence). La faute à une demande intérieure en légère baisse (-0,25 % en 2014, selon l’INSEE) ?

Qu’importe ! Ce léger accroc statistique est compensé par le bon comportement des entreprises made in France à l’international : elles sont en effet parmi les plus actives du continent — 90 % d’entre elles sont présentes à l’étranger, et plus de la moitié d’entre elles a augmenté ces activités au cours des douze derniers mois !

 

Un enjeu : la rentabilité

Si les entreprises familiales françaises sont plutôt optimistes, elles n’en restent pas moins inquiètes sur certains points. Les principaux ?

  • la rentabilité, pour 48 % des dirigeants ;
  • l’augmentation de la concurrence (43 %) ;
  • les changements réglementaires (43 %).

Pour se rassurer et continuer leur développement, elles font preuve, selon l’étude réalisée par KPMG, d’un « volontarisme affirmé », fondé sur l’intégration de mécanismes de gouvernance et sur l’apport d’une expertise spécifique nouvelle. Ainsi, la France est l’un des pays dans lequel on retrouve le plus d’entreprises disposant d’un Conseil d’administration (70 %), d’un pacte d’actionnaire (62 %), d’un comité consultatif ou stratégique officiel (43 %) et d’une charte familiale ou d’un code de conduite (30 %). Surtout, elles savent s’entourer des nouveaux talents : près de la moitié des entreprises interrogées a déjà intégré la génération future dans son management ; et 95 % d’entre elles ont intégré des cadres dirigeants non-membres de la famille !

 

Et vous, dans votre entreprise, avez-vous confiance en l’avenir ? Prévoyez-vous de futurs investissements ? Parlons-en ensemble sur Facebook ou sur Twitter !