[Mai] 5 startups qui nous ont tapé dans l’oeil ce mois-ci !

0
SHARES

En mai, chacun fait ce qui lui plaît ; nous, ce qui nous plaît, c’est de mettre en avant des startups innovantes… bon, ok, comme tous les mois en fait ! Alors sans plus attendre, retrouvez notre petite sélection (quasi) pré-estivale !

 

Wizbii, le réseau social des entrepreneurs

Installée à Grenoble, la startup Wizbii a un objectif : devenir la plateforme de référence en Europe pour les étudiants et les jeunes diplômés qui souhaitent trouver un emploi ou créer leur entreprise. Il faut dire qu’après 5 ans, les résultats sont là : Wizbii compte en effet 500 000 utilisateurs, 10 000 emplois ont déjà trouvé preneur, et 4 000 entreprises se sont inscrites. À noter : pour se développer encore plus et proposer d’autres services, Wizbii est en train de boucler une quatrième levée de fonds. Presque une par an !

 

Theraclion, une ouverture sur le marché chinois ?

Nouvelle réussite pour Theraclion, une startup française qui développe la technologie Echopulse, permettant de détruire une tumeur bénigne du sein ou de la thyroïde grâce à la thérapie par ultrasons. Theraclion a en effet annoncé début mai avoir bouclé une levée de fonds de 1,8 million d’euros, qui succède à celle de 5,1 millions d’euros conclue en 2015. C’est Furui, un laboratoire pharmaceutique chinois, qui fait son entrée dans le capital de Theraclion. De quoi mettre un pied en Asie pour la startup !

 

BeAM, pour tout réparer

L’impression 3D n’a, théoriquement, aucune limite. Partant de ce principe, des entrepreneurs alsaciens ont lancé BeAM, une startup qui ambitionne de pouvoir réparer des pièces jusqu’ici irréparables, grâce à une impression 3D en CLAD (Construction laser additive directe, qui consiste à fondre des poudres métalliques par laser). L’avantage pour ses clients ? Une réduction de 30 % du prix de revient des pièces. L’idée a en tout cas convaincu les industriels : BeAM a contracté avec Safran et avec Chromalloy, l’un des spécialistes américains de la réparation de moteurs.

 

Afrimarket, spécialiste du cash to good en Afrique

Le concept d’Afrimarket ? Permettre aux particuliers de régler directement depuis chez eux toutes les dépenses de santé, de scolarité et de nourriture de leurs proches en Afrique, potentiellement hors du système bancaire. Une belle idée qui a eu les faveurs du MIT, qui a récemment placé Jeremy Stoss, le fondateur de l’entreprise, parmi les 10 entrepreneurs français les plus innovants. Profitons donc de cet article pour saluer — et féliciter — les 9 autres repérés par le très sérieux MIT : Stanislas Niox-Château (Doctolib), Franz Borzak (Instent), Sandra Rey (Glowee), Clémentine Chambon (Oorja), Matthieu Claybrough (Donecle), Laurent Boitard (Millidrop), Marjolaine Grondin (Jam) et Vincent Bryant (Deepki) !

 

MoiChef, pour l’honnêteté

Début mai, la startup MoiChef, qui propose à ses clients d’apprendre de nouvelles techniques et de découvrir de nouvelles saveurs grâce à des recettes créées par les plus grands chefs, publiait sur sa page Facebook — puis sur le site de FrenchWeb, qui a repris le message — un long billet expliquant les difficultés financières de la boîte, sans se poser en victime ou faire dans le mélodrame. Et assurait rester « convaincu de pouvoir emmener MoiChef très loin ». À lire, pour se rendre compte de ce que peut aussi être la réalité d’une startup en 2016 !