TPE : quelles alternatives au recrutement ?

0
SHARES

Votre petite entreprise grandit ou cherche à le faire et aurait bien besoin de gonfler ses rangs ? Mais vous n’avez pas les moyens ou le temps d’effectuer une embauche classique ? Au-delà du simple recours à un stagiaire, solution qui connaît des limites, d’autres alternatives au recrutement et à l’internalisation existent. Vous n’y songiez pas forcément mais ces renforts inespérés pourraient vous faire remporter bien des batailles !

La formation en interne : une alternative à considérer avant tout

Quiconque a lu le conte des « Deux rêveurs » dans les Mille et Une Nuits sait que l’on cherche souvent très loin quelque chose qui était en fait sous notre nez depuis le début. Plutôt que de débusquer le profil idoine, pourquoi ne pas donner leur chance à vos collaborateurs actuels ? Valorisant leur potentiel, vous ouvrez ainsi la porte à une montée en grade de votre salarié, de quoi lui inoculer une sérieuse dose de « Motivex », comme disent les militaires. En lui dispensant une formation (comptez jusqu’à 2 000 € pour un DIF de 20h), vous pourrez faire évoluer votre collaborateur vers le profil souhaité. Cet ajout de compétences couplé à son expérience passée au sein de votre entreprise pourrait bien en faire un renfort de premier plan.

À lire aussi : TPE – Quelle place pour la formation professionnelle ?

Le recours aux freelances : rapide et pratique

Mais il se peut que votre besoin de renfort ne soit que ponctuel. Dans ce cas, faire appel à un freelance constitue une option appropriée et sans risque. Travaillant généralement sous le statut d’auto-entrepreneur, ces indépendants disposent dans la plupart des cas de compétences reconnues et d’une grande réactivité pour répondre à vos besoins, qu’ils relèvent du domaine du graphisme, de la rédaction ou autre. Leur tarif (à la tâche ou horaire) dépend du métier et de la qualité attendue !

À lire aussi : Être patron de TPE – Quelle qualité de vie ? (Infographie)

L’alternance : le bon compromis

Entre l’employé et le stagiaire, il y a l’alternant, moins onéreux que le premier et plus compétent et investi que le second. Il s’agit souvent d’étudiants en toute fin de cursus scolaire qui sont à la recherche d’une expérience professionnelle pour les insérer dans le monde du travail, sous forme de contrat d’apprentissage ou de contrat de professionnalisation. La durée de ces contrats vous permet d’avoir le temps de former au mieux ces jeunes recrues. Celles-ci misent beaucoup sur cette expérience pour mettre leur formation théorique à l’épreuve de la pratique. Souvent portés par l’enthousiasme de ce premier contrat (bien plus intéressant pour eux qu’un stage), les alternants pourraient bien devenir indispensables à votre entreprise !

Découvrez comment obtenir l'aide à l'embauche pour un premier salarié.

Ce type de contrats est encouragé et pris en charge partiellement par l’État. Afin d’en évaluer le coût pour votre entreprise, le gouvernement a même mis un simulateur à votre disposition.

Campagne TV -50% – Vélos Tosi

Procéder à un audit : l’expertise des consultants

Certains considèrent, à tort, ce type de solutions comme superflues. Pourtant, les conseils avisés d’un professionnel qui aura procédé à un audit minutieux de vos compétences et ressources vous fera bien souvent gagner un temps considérable pour cerner les points de votre business nécessitant d’être améliorés. Si l’investissement dans un audit n’est pas négligeable (comptez entre 600 à 800 € par jour), il vous permettra de visualiser quels types de renforts sont opportuns afin de poursuivre le développement de votre entreprise le plus efficacement.

À lire aussi : TPE – Quelles alternatives aux titres restaurant ?