Le Small Business Act made in France en bref

0
SHARES

“C’est la priorité du moment ; c’est l’essentiel.” Mardi, Manuel Valls a présenté un ensemble de “mesures fortes” en faveur de l’emploi dans les PME-TPE. Un “Small Business Act à la française”, qui prévoit notamment une prime de 4 000 euros pour l’embauche d’un premier salarié. Décryptage.

18 mesures pour relancer l’emploi

Quoi de neuf sous le soleil des TPE-PME de France ? Rien de moins qu’un “Small Business Act”, version baguette, marinière et vin rouge. C’est ce qu’a présenté mardi le Premier ministre, Manuel Valls. Un plan de 18 mesures, dont voici les principales :

- 4 000 euros de prime pour les entreprises qui embauchent un premier salarié. 1,2 million de TPE n’ont, en France, aucun salarié. Le gouvernement espère les inciter à franchir le pas avec cette prime, versée en deux fois (2 000 euros la première année, autant la seconde). Les contrats (CDI et CDD de plus de 12 mois) devront être signés avant le 8 juin 2016.

- Pendant trois ans, les recrutements des entreprises allant jusqu’à 50 salariés n’entraîneront pas de prélèvements fiscaux et sociaux supplémentaires. Autre bonne nouvelle, les obligations qui s’enclenchent à partir de 9 et 10 salariés sont relevées à 11 salariés.

- Les CDD et les contrats d’Intérim seront renouvelables deux fois. Actuellement, cela n’est possible qu’une fois. Ça fait déjà râler les syndicats, mais cela ajoute de la souplesse à la gestion des ressources humaines.

- Du côté de l’apprentissage, la période d’essai (2 mois) exclura désormais le temps passé en CFA. L’art de le faire sans le dire : les apprentis auront désormais une période d’essai de 4 mois, puisqu’ils passent 50 % de leur temps en cours.

Jusqu’à 80 000 contrats signés ?

Quelle efficacité sur l’emploi ? Le gouvernement espère provoquer la création de “60 000 à 80 000 emplois”, rien qu’avec l’aide de 4 000 euros pour l’embauche d’un premier salarié, la mesure phare de ce “Small Business Act”. Et il vaudrait mieux que ça marche : il en coûtera au pays environ 200 millions d’euros…

Et vous, que pensez-vous de ces mesures ? Vous inciteront-elles à recruter ? On en parle dans les commentaires !