Le multitâche nuit à votre productivité

0
SHARES

Cerveau qui marche au ralenti, erreurs, mémoire engorgée… Loin de vous faire gagner du temps, le multitâche vous fait au contraire perdre en performance. Concentrez-vous 5 minutes, lisez cet article d’une traite et découvrez ce qui est nuisible dans le multitâche !

Le multitâche est encouragé par les écrans

Laissez-nous deviner, une dizaine d’onglets sont ouverts sur votre écran d’ordinateur, vous envoyez un e-mail tout en assistant à une réunion, alors que vos notifications Facebook n’en finissent plus d’illuminer votre écran de portable. Vous êtes persuadé, tel King Kong au sommet de l’Empire State Building, d’être arrivé au faîte de la productivité. Détrompez-vous ! Le multitâche est loin d’être bénéfique. Déjà en 2009, une étude de l’université Stanford aux États-Unis mettait en garde contre cette tendance pourtant encensée par la société et les recruteurs. Il faudrait donc réapprendre à savourer le monotâche et à gérer votre temps de manière optimale pour gagner en efficacité (à l’aide d’applications pensées pour vous simplifier la vie). Rien de mieux que des solutions de time-tracking pour mieux travailler sans vous éparpiller !

Problème n° 1 : un cerveau au ralenti

Qui dit multitâche dit interruptions permanentes. Le flot d’e-mails qui se déversent sur nos écrans à toute heure, les rendez-vous clients, les rédactions de devis ou encore le message urgent à l’expert-comptable… notre attention est constamment interrompue par les impératifs et la technologie. Or ce processus d’arrêt et de redémarrage constant de notre cerveau l’entrave dans son avancée. C’est d'ailleurs un phénomène connu sous le nom de période réfractaire psychologique : un temps de latence incompressible entre deux tâches et qui ralentit irrémédiablement le cerveau.

Problème n° 2 : le multitâche, source d’erreurs

Non seulement la productivité est affectée, mais le risque d’erreurs dans un devis ou une commande augmente avec la multiplication des tâches effectuées. Faire plusieurs choses à la fois implique de porter son attention sur chacune d’entre elles. Or, cela ne fonctionne pas si elles requièrent toutes un même niveau de concentration. Grâce à ses deux hémisphères, le cerveau humain peut gérer jusqu’à deux tâches compliquées sans trop de problèmes. Les dégâts commencent avec l’ajout d’une troisième tâche qui peut alors submerger le lobe frontal… en charge de la planification des tâches justement !

Problème n° 3 : ne deviendrait-on pas un peu idiot ?

Le multitâche nécessite beaucoup de mémoire tampon. C’est cette même mémoire qui assure le maintien provisoire d’informations qui doivent être traitées ultérieurement. Or c’est bien le propre de l’entrepreneur de mener plusieurs projets à bien et de faire preuve d’organisation pour ne pas se faire engloutir par le flot d'informations à retenir. Mais lorsque votre cerveau est à court de mémoire temporaire, la capacité à penser de manière claire et créative est altérée. Certaines études ont même observé une perte de QI – supérieure à celle constatée chez les fumeurs de cannabis même !

La solution : prioriser et traiter par lot

Chaque tâche nécessite un état d’esprit spécifique, c’est pourquoi il faut réapprendre à prioriser et à organiser son travail par lot. Commencez par vous désintoxiquer de vos e-mails entrants. Nul besoin de les traiter dès leur arrivée. Regroupez cette tâche et prenez l’habitude de vous en occuper trois ou quatre fois par jour seulement. Il en va de même pour vos relances téléphoniques ou encore vos factures et notes de frais. Des tâches chronophages que vous auriez même tout intérêt à automatiser avec QuickBooks. Un logiciel de gestion en ligne peut délester votre cerveau de tout un tas de choses : facturation, gestion de trésorerie, relance, TVA…

multitâche contre productivité

 

Crédits image : Dooder - Freepik