Comment calculer une prime de précarité ?

0
SHARES

La prime de précarité, comme son nom l’indique, est une gratification que perçoit le salarié en contrat à durée déterminée (CDD), en contrepartie du caractère précaire de son emploi. Son montant est égal à 10% du salaire brut versé à l’employé, au cours de son contrat.

Le calcul de la prime de précarité de fin de contrat

Prenons un exemple pour y voir plus clair ! Un salarié embauché pour un CDD de 3 mois avec une rémunération mensuelle brute de 2 000 euros, percevra à la fin de son CDD une prime égale à 10% de 6 000 euros, soit 600 euros bruts.

Il existe toutefois, certaines conventions collectives ou accords de branche qui prévoient une indemnité de précarité inférieure au montant légal au taux de 6%. L’employeur doit, en contrepartie proposer au salarié une formation de manière concrète et individualisée. Néanmoins, c’est un cas qui n'est que rarement rencontré.

Concrètement, la prime figure pour son montant brut en haut de bulletin de paie et est également soumise à charges salariales et patronales, son montant net sera versé au salarié en même temps que son dernier salaire.

Pourquoi en même temps que son dernier salaire me diriez-vous ? Et pas plutôt un versement au fur et à mesure en fin de chaque mois ? Une question que tout patron peut se poser en se souciant autant de sa trésorerie mais aussi dans l'intérêt de son employé. La réponse est simple : cette prime n’est pas due dans tous les cas. Il existe en effet certaines situations énumérées par la loi, pour lesquelles l’entreprise est dispensée de verser cette prime. Par exemple lorsqu’un CDI est proposé à l’issue du CDD mais que le salarié le décline.

Et pour la route, une petite précision d’ordre technique, la prime se calcule sur le brut AVANT l’indemnité compensatrice de congés payés. Morale de l’histoire, pensez à budgéter ces coûts avant d’embaucher en CDD, tout a un prix !