5 astuces pour bien savoir pitcher

Le pitch est l’un des exercices emblématiques du startuper. C’est le moment, tant attendu et tant redouté à la fois, où vous présentez votre projet à des investisseurs. Et surtout, pas question de douter ou d’hésiter, car il faudra les convaincre de la pertinence de votre concept et de sa viabilité financière. Heureusement, le grand moment du pitch ne se présente pas qu’une seule fois. C’est au contraire un exercice quasi quotidien pour un entrepreneur. Vous serez parfois assez satisfait de votre prestation ; d’autres fois, beaucoup moins... Pas de panique, c’est aussi ce qui crée l’adrénaline de l’entrepreneuriat ! Voici 5 astuces pour devenir un as du pitch et convaincre à coup sûr des investisseurs.

Être clair et concis

Les investisseurs entendent des dizaines de pitchs par jour. Souvent, vous ne vous adressez pas à la personne qui prend la décision finale mais à un salarié, chargé de rapporter les éléments de votre présentation. La décision est ensuite prise de façon collégiale. Vos propos doivent donc être clairs et concis de manière à faciliter le travail de l’investisseur qui n’aura sûrement que peu de temps pour présenter votre startup et ses projets à ses partenaires.

Prévoir un pitch court, un autre long

Au cours de votre aventure d’entrepreneur, vous constaterez qu’il n’existe pas un pitch type, applicable à toutes les situations. D’une part, celui-ci évolue au gré des pérégrinations de votre startup ; d’autre part, il peut varier selon les contextes. De manière générale, on distingue au moins deux types de pitchs : le pitch investisseur et l’elevator pitch. Le premier, assez détaillé, vise à convaincre de manière rationnelle ; le second, beaucoup plus court, doit donner envie d’en savoir plus. Tout bon startuper se doit de maîtriser au moins ces deux formes de pitch.

Connaître ses chiffres

C’est absolument primordial dans le cadre d’un pitch investisseur. Il ne s’agit pas d’avoir une connaissance succincte des indicateurs généraux de votre entreprise. Vous devez connaître vos chiffres sur le bout des doigts et maîtriser en détails toutes les métriques de votre activité afin d’illustrer ce qu’elles signifient pour le développement de votre business à l’avenir. Montrez que tout est sous contrôle !

S’adapter à son interlocuteur

Le pitch, c’est une histoire de contexte. Si vous pitchez un investisseur, il est impensable de ne pas accorder une importance particulière à vos chiffres. Si vous pitchez votre produit auprès de cibles potentielles, c’est votre proposition de valeur qui doit être au centre de votre exposé.

Itérer

Autant en avoir conscience tout de suite, vous ne trouverez pas la version idéale de votre pitch du premier coup. Les facteurs de succès sont trop nombreux. Dès que vous avez l’opportunité de pitcher, saisissez-la ! C’est en le testant que vous parviendrez à identifier ce qui marche mieux ou moins bien. Avec l’expérience, vous gagnerez en assurance et vos pitchs en efficacité.

Au cours de vos expériences, plus ou moins bonnes malheureusement, vous avez sûrement identifié d’autres facteurs de réussite… Faites-en profiter les copains, partagez-les sur les réseaux sociaux ou dans les commentaires !