annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 
Highlighted
Niveau 1

Bonjour, sur un logiciel de comptabilité, dans le journal de BQ, le débit du compte 512 signifie que c'est une rentrée d'argent en banque. Est-ce le cas sur quickbooks?

 
2 RÉPONSES 2
Highlighted
Niveau 5

Bonjour, sur un logiciel de comptabilité, dans le journal de BQ, le débit du compte 512 signifie que c'est une rentrée d'argent en banque. Est-ce le cas sur quickbooks?

Bonjour @jpwattel-wis-exp ,

 

votre question est intéressante et a plusieurs dimensions à mes yeux. Je vais essayer de vous répondre.

 

1) Dans QuickBooks vous ne trouvez pas la notion "Débit" mais "RECU", donc on ne sais pas si le chiffre est sur la colonne "débit" ou "crédit". Cela tient du fait que QB est fait pour des "non-comptables" à priori.

Donc vous pouvez fonctionner avec "RECU" et "DEPENSE".

 

2) Si on va en profondeur et on imprime un rapport GRAND LIVRE GENERAL (destiné à votre Expert-comptable) du compte 512 (Banque) oui en effet la rentrée d'argent est au débit.

 

Je suppose votre question vient du fait qu'un extrait bancaire est toujours "à l'envers". Cela s'explique, car la Banque (très égoïstement) vous présente la vue de son compte . C'est à dire dans la compta de la Banque une rentrée d'argent pour vous est une sortie pour la Banque et donc se trouve pour la Banque dans l'autre rubrique (crédit).

A très bientôt

Steve_68

Highlighted
Modérateur

Bonjour, sur un logiciel de comptabilité, dans le journal de BQ, le débit du compte 512 signifie que c'est une rentrée d'argent en banque. Est-ce le cas sur quickbooks?

Bonjour @jpwattel-wis-exp

 

Nous sommes ravis de vous accueillir dans la Communauté QuickBooks. 

 

Merci @Steve_68 pour cette réponse précise :) 

 

 

1) dans le journal BQ, le débit représente l'argent reçu. 

2) Dans l'onglet Banque, l'argent reçu est un crédit !

 

Nous restons disponibles pour tout éclaircissement que vous estimeriez nécessaire, 

 

Nous vous souhaitons une agréable fin de semaine, 

À bientôt, 

Nawel